Béatrix Dagras

En France, pays laïque, le mariage civil est ouvert à tous sans restriction quant à la religion. Il est le seul reconnu par la loi qui, sous peine de sanction pénale, oblige de le célébrer avant tout autre cérémonie, coutumière ou religieuse, propre à des corps sociaux. Il est donc nécessaire de connaître précisément les droits et devoir des conjoints qu’elle prescrit. De même, quand l’un des futurs époux est musulman, il est indispensable d’être bien informé de la législation de son pays d’origine : se poseront inévitablement les questions de statut personnel, d’autorité parentale, d’héritage, mais aussi de religion. C’est ce dernier point que nous abordons ici. Les autres, qui relèvent du domaine juridique propre à chaque pays, sont traités dans des articles spécifiques.

L’islam étant au coeur de la culture arabo-musulmane. II modèle la vie de la société d’origine et continue, en France, d’imprégner les modes de pensée et de vie des personnes et des familles. La différence des religions pose ainsi aux futurs époux des questions qui les amènent à réfléchir sur la manière commune de les gérer pour trouver un accord avant de s’engager. A la base se situe la nature du mariage en chaque religion. Sur ce fondement se greffent les questions de la célébration de l’union, de la situation religieuse du conjoint, de la relation aux familles, de l’éducation religieuse des enfants..Nous abordons ici chacun de ces points.

Texte intégral

Béatrix Dagras

En septembre 2017, le gouvernement tunisien a abrogé la circulaire du ministère de la Justice interdisant le mariage entre une musulmane et un non musulman. Dans le monde arabe comme au sein du pays, les réactions au nom du primat de la charia sur tout autre droit ont aussitôt surgi, ce qui autorise la prudence d’attendre l’application effective de cette nouvelle disposition. Il apparaît donc utile de présenter l’état antérieur d’une législation prise entre tradition religieuse et modernité inéluctable et dont la mise en œuvre s’avère incertaine parce que complexe sur les plans culturels et administratifs.

Texte intégral

Une fois le mariage décidé, on peut imaginer une cérémonie religieuse. Nous vous proposons quelques exemples de célébrations à l’Eglise ou dans un lieu neutre sous forme de livrets confiés par des membres du Gfic.

Comment font les autres ? Comment les futurs conjoints ont-ils annoncé à leurs parents qu’ils souhaitaient se marier ? Comment les familles ont-elles réagi ? De quelle façon ont-ils organisé leur mariage ? Des couples racontent leur expérience.