Béatrix Dagras

En septembre 2017, le gouvernement tunisien a abrogé la circulaire du ministère de la Justice interdisant le mariage entre une musulmane et un non musulman. Dans le monde arabe comme au sein du pays, les réactions au nom du primat de la charia sur tout autre droit ont aussitôt surgi, ce qui autorise la prudence d’attendre l’application effective de cette nouvelle disposition. Il apparaît donc utile de présenter l’état antérieur d’une législation prise entre tradition religieuse et modernité inéluctable et dont la mise en œuvre s’avère incertaine parce que complexe sur les plans culturels et administratifs.

Texte intégral

Une fois le mariage décidé, on peut imaginer une cérémonie religieuse. Nous vous proposons quelques exemples de célébrations à l’Eglise ou dans un lieu neutre sous forme de livrets confiés par des membres du Gfic.

Comment font les autres ? Comment les futurs conjoints ont-ils annoncé à leurs parents qu’ils souhaitaient se marier ? Comment les familles ont-elles réagi ? De quelle façon ont-ils organisé leur mariage ? Des couples racontent leur expérience.