Une musulmane face au temps de l’Avent (4ème dimanche)

S. et R., GFIC

Nous arrivons à la fin de l’Avent ; à la veille de Noël, voici les derniers thèmes que nous avons choisis :

  • la promesse faite à David
  • l’accomplissement de cette promesse
  • les annonces de Dieu à Marie et Joseph
I. Promesse
Dans ce dialogue (Année B), le psalmiste rappelle la promesse que fait Dieu à David :

Psaume 89 : 3 Oui, je le dis : « Ta Bonté est édifiée pour toujours ; dans les cieux, Tu établis Ta Loyauté » 4 « J’ai conclu une alliance en faveur de Mon élu, J’ai juré à David Mon serviteur : 5 J’établis ta dynastie pour toujours, Je t’ai édifié un trône pour tous les siècles »

Dans la Première Lecture (Année C), nous trouvons la confirmation que cette promesse s’accomplira à Bethléem, ville des ancêtres de David :

 

Michée 5 : 1 Et toi, Bethléem Éphrata, trop petite pour compter parmi les clans de Juda, de toi sortira pour Moi celui qui doit gouverner Israël. Ses origines remontent à l’antiquité, aux jours d’autrefois.

De la descendance de David, le Coran n’évoque que Salomon :

 

Sourate 38. Sad : 30 Et à David Nous fîmes don de Salomon -quel bon serviteur !- Il était plein de repentir.

David et Salomon savent être reconnaissants des dons qui leur sont attribués :

 

Sourate 27. An Naml : 15 Nous avons effectivement donné à David et à Salomon une science ; et ils dirent : « Louange à Dieu qui nous a favorisés à beaucoup de Ses serviteurs croyants » 16 Et Salomon hérita de David et dit : « Ô hommes ! On nous a appris le langage des oiseaux ; et on nous a donné part de toutes choses. C’est là vraiment la grâce évidente »

 

II. Messie
Dans le Coran, Jésus se voit attribué le qualificatif de Messie :

 

Sourate 3. ‘Al Imrân : 45 Quand les Anges dirent: « Ô Marie, voilà que Dieu t’annonce une parole de Sa part : son nom sera le Messie, Jésus, fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l’au-delà, et l’un des rapprochés de Dieu »

R. m’apprend que « le terme hébreux « Messie » a été traduit en grec par le mot « Christ«  ; dans la Deuxième Lecture (Année C), on trouve l’affirmation que la venue de celui-ci est l’accomplissement de « ce qui est écrit » :

Lettre aux Hébreux 10 : 5 Aussi, en entrant dans le monde, le Christ dit : « De sacrifice et d’offrande, tu n’as pas voulu, mais tu m’as façonné un corps. 6 Holocaustes et sacrifices pour le péché ne t’ont pas plu. 7 Alors j’ai dit : Me voici, car c’est bien de moi qu’il est écrit dans le rouleau du livre : Je suis venu, ô Dieu, pour faire ta volonté »

Si on prend l’Evangile (année B), on trouve l’affirmation que Jésus est celui qui avait été promis à David :

Luc 1 : 30 L’ange lui dit : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. 31 Voici que tu vas être enceinte, tu enfanteras un fils et tu lui donneras le nom de Jésus 32 Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; 33 il régnera pour toujours sur la famille de Jacob, et son règne n’aura pas de fin »

 

III. Annonciation
Ce que les Chrétiens appellent « Annonciation » est la visite de l’ange Gabriel à Marie. En voici le récit coranique :

Sourate 19. Maryam : 16 Mentionne, dans le Livre, Marie, quand elle se retira de sa famille en un lieu vers l’Orient. 17 Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit, qui se présenta à elle sous la forme d’un homme parfait.

18 Elle dit : « Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne m’approche point]«  19 Il dit : « Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d’un fils pur » 20 Elle dit : « Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m’a touchée, et je ne suis pas prostituée ? » 21 Il dit : « Ainsi sera-t-il ! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée »

22 Elle devient donc enceinte, et elle se retira avec lui en un lieu éloigné

L’Evangile (Année A) parle également de Joseph. Selon R., « L’accomplissement du projet de Dieu passe par la libre acceptation des parents : sans le « Je suis la servante du Seigneur » de Marie (Luc 1,38), pas d’enfant, et sans l’adoption de cet enfant par Joseph, la promesse à David ne peut être tenue » :

Matthieu 1 : 18 Voici quelle fut l’origine de Jésus Christ. Marie, sa mère, était accordée en mariage à Joseph ; or, avant qu’ils aient habité ensemble, elle se trouva enceinte par le fait de l’Esprit Saint. 19 Joseph, son époux, qui était un homme juste et ne voulait pas la diffamer publiquement, résolut de la répudier secrètement.

20 Il avait formé ce projet, et voici que l’Ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit Saint, 21et elle enfantera un fils auquel tu donneras le nom de Jésus, car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés »

(…) 24 A son réveil, Joseph fit ce que l’Ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse

L’Avent se termine avec la fête de Noël, où de très nombreux textes seront lus. Parmi eux, le récit de la naissance de Jésus (Luc II), évènement évoqué également dans le Coran (Sourate XIX, 22-34).

 

René

Le « Sacrifice d’Abraham » commémoré par les musulmans le jour de l’Aïd el Adha -appellée également Aïd el Kebir- est un épisode relaté tant dans la Bible que dans le Coran. Il tient une place importante dans les trois religions dites « abarahamiques » : judaïsme, christianisme, islam. Partons donc à la découverte de ces textes…

Sadie et René, GFIC

Nous voilà maintenant à la moitié du mois de Ramadan. Le jeûne va se poursuivre, mais je pense déjà à un moment-clé de celui-ci : la Nuit du Destin. Dans mon vécu familial, nous avons toujours attendu cette date avec impatience. Sa portée spirituelle nous a fait vivre de longues veillées de prière. Pendant que notre père lisait le Coran en arabe, nous échangions de notre côté sur les intentions de prière qui allaient être les nôtres. Puis, la nuit venue, chacun méditait, s’adressant à Dieu personnellement, jusqu’à tard dans la nuit, où le sommeil nous emportait… Nous réveillant encore de temps à autre pour poursuivre cette veillée, comme le conseillait le Prophète : Si vous sentez le sommeil durant votre prière, dormez, puis reprenez la prière quand vous vous serez reposés.

R. et S.

Le Jeûne du mois de Ramadan, 3ème pilier de l’Islam, est un moment de fort vécu spirituel chez les musulmans. « Il y a une seule règle, s’abstenir de boire, manger, d’avoir des relations intimes du lever du soleil jusqu’à son coucher, mais ça va plus loin » me dit Sâdia. « C’est une rupture de rythme qui permet de reconsidérer tout ce qui fait notre quotidien, une intention vers Dieu chaque jour renouvelée »

René

L’un des « Carrefours » de la rencontre de Pentecôte 2004 avait pour thème « Comment accompagner son conjoint dans sa pratique religieuse » ; la réponse dépend de la personnalité de chacun, elle n’est pas forcément synonyme de syncrétisme : comprendre ce que vit l’autre, c’est déjà l’accompagner. La réflexion s’est portée sur la pratique quotidienne, mais aussi sur les fêtes. Des fêtes, la liturgie catholique en comporte beaucoup, et parmi celles-ci, la fête de la Toussaint, à laquelle je tiens particulièrement. En voici donc une présentation.

S. et R., GFIC

J’ai découvert avec R. que la période précédant Noël était un véritable temps de préparation spirituelle. Durant les quatre semaines qui constituent le temps de l’Avent, j’ai essayé de comprendre les textes de la liturgie catholique. Ces textes sont répartis sur trois années (Année A, B, C) ; nous avons donc cherché des thèmes communs au sein de ces lectures. Voici les résonances que ces textes éveillent en moi : prolongements, contradictions, ou tout simplement autre regard…

S. et R., GFIC

Pour le deuxième dimanche, nous avons dégagé à nouveau trois thèmes des textes de la liturgie catholique (Année A, B et C) :

  • présentation de Jean le Baptiste
  • réflexion autour du terme « Aplanir »
  • Justice de Dieu quand viendra l’Heure

S. et R., GFIC

Voici les thèmes que nous avons sélectionné pour ce troisième dimanche de l’Avent :

  • Rôle de prophète de Jean-Baptiste
  • réflexion autour du terme « Guérir »
  • Appel à la persévérance

Découvrir à travers son couple une autre tradition religieuse et spirituelle, c’est aussi se plonger dans des textes fondateurs, faire de la théologie. Le GFIC est aussi un lieu pour développer sa curiosité et ses connaissances.

De nombreuses initiatives inter-religieuses offrent aux couples en France et dans les monde des occasions de rencontrer d’autres croyants dans une atmosphère amicale, bienveillante et enrichissante.
Découvrez-les dans cette rubrique.